nom_site_spip
Accueil > Yvette Parès, la fondatrice > Les articles d’Yvette Parès > Pollution médicamenteuse : une vision élargie

Pollution médicamenteuse :
une vision élargie

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

On a pris récemment conscience de la pollution de l’environnement et de l’eau par les médicaments chimiques de la médecine officielle. Mais on oublie qu’il existe la médecine vétérinaire qui, elle aussi, utilise les molécules de synthèse de l’industrie pharmaceutique. Comment mettre fin à une telle situation qui conduit au désastre ?

Pour la médecine animale, deux cas sont à considérer :

  • Le premier concerne les soins apportés aux troupeaux des fermes et aux animaux de compagnie. Il est bien de leur venir en aide lorsque la maladie les frappe. Mais si la fin se justifie pleinement, les moyens ne sont plus à recommander car ils contribuent pour leur part à la pollution de la planète. Si l’on imagine l’ampleur de la population animale ainsi traitée en Europe, le phénomène est loin d’être négligeable.
  • Le second cas est beaucoup plus préoccupant car il résulte de ce qui peut être qualifié de « fausse médecine vétérinaire » et qui se pratique dans les élevages industriels où des conditions de vie indignes sont infligées aux animaux.

Qu’il s’agisse de bovidés, de porcins, de volailles, de poissons divers, le taux de pollution s’accroît dangereusement. Ces populations animales fragilisées reçoivent en quantité médicaments chimiques, antibiotiques... sans compter les vaccins qui leur sont imposés.

La contamination permanente des eaux douces
ou marines

Lorsqu’il s’agit de populations terrestres, les eaux uséees vont polluer essentiellement les rivières, les cours d’eau et les fleuves, sans oublier la contamination par infiltration des nappes souterraines.

La situation est différente lorsqu’il s’agit de l’aquaculture. Les océans connaissent alors une contamination permanente. Un fait concret permettra de comprendre la gravité du phénomène : dans un archipel du Chili, l’élevage des saumons, commencé au début des années 1980, comportait, en 2007, 550 fermes aquacoles. Une ONG, inquiète des répercussions sur l’environnement, a pu démontrer que 385 tonnes d’antibiotiques avaient été utilisées cette même année, sans compter les médicaments chimiques venant en supplément. Ainsi, 385 000 kilos de molécules anti-infectieuses avaient transité dans ces élevages contre nature. Quelle quantité avait ensuite pollué les eaux de l’Océan Pacifique Sud ?

En 2007-2008, un virus responsable d’une grave anémie a décimé les saumons, les survivants ayant ensuite connu un triste sort. On envisage, comme seule réaction, d’implanter en d’autres lieux de nouvelles fermes aquacoles.

L’élevage des saumons pratiqué en Norvège avait utilisé la même année environ 650 kilos d’antibiotiques. Quant aux élevages implantés au Canada, en Grande-Bretagne et en France, les chiffres ne sont pas connus. Mais la pollution ne s’en exerce pas moins, à des niveaux plus ou moins intenses, dans les mers du Nord et l’Océan Atlantique.

Durant les vingt années écoulées où s’est pratiquée l’aquaculture, à quel niveau a pu s’élever le taux de pollution ? Quels méfaits en ont déjà résulté ?

Ce constat montre que toutes les eaux douces ou marines ont été contaminées par l’inconscience et l’avidité des hommes. Toutes les formes de vie aquatiques voient sans cesse se modifier leurs conditions d’existence. Combien de temps se perpétuera encore ce redoutable phénomène ?

Ainsi la Terre, belle et précieuse, a été saccagée dans tous ses éléments par des hordes barbares ayant pour idole l’argent avec la puissance qu’il confère.

Le remède est aussi dans l’âme des peuples

Comment mettre fin à une telle situation qui conduit au désastre ?

La première démarche serait le retour de la médecine vétérinaire vers les ressources qu’offrent les flores médicinales, la seconde serait de renoncer à ces élevages si pernicieux.

Mais le remède est aussi dans l’âme des peuples qui devraient retrouver une vision noble de l’Univers ainsi qu’un sens élevé à donner à la vie, quel que soit le chemin qui le porte.

Il y aurait aussi nécessité de revenir à une juste sobriété qui permettrait le bien-être des végétaux, des animaux et des humains.

Où trouver des personnalités charismatiques qui mobiliseraient les consciences et déclencheraient les initiatives dont l’urgence ne fait que croître ? Cela avant que des cataclysmes destructeurs n’obligent ensuite à rebâtir sur des bases qui, pour l’instant, demeurent imprécises.

L’humanité aura-t-elle la sagesse de réagir en un temps où tout n’est pas encore définitivement perdu, où l’espoir est encore permis ?

Le 28.08.09
Dr Yvette Parès
Professeur à l’Université de Dakar de 1960 à 1992
Dr ès-sciences
Dr en médecine
Directrice du centre de recherches biologiques sur la lèpre de 1975 à 1992
Directrice de l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar (Sénégal) de 1980 à 2003


 Rencontre des Médecines - Tous droits réservés 
web : GSC